mercredi 16 août 2017

La demoiselle de Rosling aime-t-elle les pommes ?

La demoiselle de Rosling aime-t-elle les pommes ?
Le verger du « château neuf » de la Margravine de Bayreuth (Allemagne, Bavière) est un conservatoire de vieilles variétés de pommes. Ainsi les Champagner Renette de 1799, les Shafsnase de 1797 ou encore les Goldpamäne de 1800. 
De quoi retrouver sur sa langue le goût du passé…





lundi 7 août 2017

Lecture d'été

Scène émouvante que cette jeune femme lisant à haute voix La demoiselle de Rosling à son chien, qui semble très intéressé. (Il y a aussi un chien dans le roman, qui s'appelle Guerrier. Ce nom était assez courant au XVIIIe siècle : on peut voir sur la terrasse du château de Sans-souci la tombe d'un chien de Frédéric II portant ce nom).

British Museum - gravure d'après John Collet,

https://www.amazon.fr/demoiselle-Rosling-Bernard-Grandjean-ebook/dp/B01MY7A8DZ/ref=tmm_kin_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=1455113932&sr=1-2

dimanche 6 août 2017

C'est l'été...

Dans la série c'est l'été, soyons légers... Amusante remarque de Manon Roland (ou Madame Roland), 1754-1793, dans un autoportrait : elle estimait posséder "une poitrine superbement meublée" ! (Source : Mona Ozouf, dans "La cause des livres").
J'espère que la belle Manon songeait aux courbes sensuelles du style Louis XV, et non au style Louis XVI et ses pieds de chaises raides comme les montants de la guillotine...

Ci-dessous, deux portraits de Manon Roland, jeune fille puis femme.

Auteur inconnu...
Johan Ernst Jules Heinsius, 1740-1812 peintre allemand actif en France à la fin du XVIIIe siècle - Collections du Grand-Palais RMN)

mercredi 2 août 2017

Huron...

« Je tire de vos propos que puisque les amis de nos amis sont nos amis, Bavarois et Hurons sont donc alliés ! La chose est plaisante, et elle me convient tout à fait !
Il rit avant de reprendre :
— … Et votre gilet, est-il huron de même ? »

Extrait de La demoiselle de Rosling, de Bernard Grandjean, aux Éditions du 38.


Couple de Hurons, auteur anonyme, milieu du XVIIIe siècle.

mardi 18 juillet 2017

Curiosités fantastiques !


« — Quand j’étais enfant, j’avais reçu en cadeau un recueil de gravures représentant ce qui était dénommé le cabinet des curiosités fantastiques ».

                  Extrait de La demoiselle de Rosling, par Bernard Grandjean, aux Éditions du 38. 
Illustration : gravure de la BNF. Le texte dit : « Invention nouvelle pour descendre du haut d’un édifice sans le secours d’un escalier :
Air ! Du haut en bas,
Du haut en bas,
Ici l’on vogue sans boussole, 
Du haut en bas,
C’est ainsi qu’à force de bras,
Archimède dans sa gondole,
Ira, disons, traiter cela,
Du haut en bas. »

jeudi 6 juillet 2017

Une consolation douce...

« Dans son malheur d’amoureux éconduit, les événements lui offraient une consolation douce : assister au réveil de Luise. Non, songea-t-il, l’instant que je m’apprête à vivre est encore plus merveilleux que cela : je vais assister au réveil d’un ange ! »

Extrait de « La demoiselle de Rosling », par Bernard Grandjean, Éditions du 38. 

Louis-Jean-François Lagrenée, dit « Lagrenée l'aîné », 1725-1805, Mars et Vénus (détail).


Pour en savoir plus sur l'amoureux éconduit :

La demoiselle de Rosling aime-t-elle les pommes ?

La demoiselle de Rosling aime-t-elle les pommes ? Le verger du « château neuf » de la Margravine de Bayreuth (Allemagne, Bavière) est un ...