samedi 31 décembre 2016

vendredi 30 décembre 2016

Madame Royale bébé

La princesse Marie-Thérèse Charlotte (Madame Royale) bébé, entre son père le roi de France Louis XVI et sa mère, la reine Marie-Antoinette.
(gravure du XVIIIe siècle, école française).

lundi 26 décembre 2016

Heureuses Fêtes !

Je souhaite à tous mes amis lecteurs d'heureuses 
Fêtes de fin d'année !

Noël, Marcel Rieder, 1898

dimanche 25 décembre 2016

Portrait

« — J’aurais bien aimé qu’on fasse mon portrait, reprit-elle. C’était prévu pour mon seizième anniversaire, le peintre avait même reçu une avance pour acheter la toile et les couleurs. »

Extrait de « La demoiselle de Rosling » de Bernard Grandjean, Éditions du 38.


Watteau, la danse 1720 (détail)



mardi 20 décembre 2016

Vous avez dit baroque ?

Baroque un jour, baroque toujours :
- Charles-Antoine Coypel, la destruction du palais d'Armida (1737 - détail).
- La reine Daenerys dans la saison 6 de Games of Thrones.

Deux images d'une similitude troublante !


lundi 19 décembre 2016

Steppe, yak et natte...

Souvenirs de Mongolie, 1978.

Le temple en ombre chinoise (... enfin, ombre mongole !)


Le yak solitaire


L'admirable natte de Madame O-Youn (Madame Turquoise) !

Photos par Bernard Grandjean - ©Tous droits réservés

mardi 6 décembre 2016

Humour du XVIIIe siècle...

Dans la série "humour XVIIIe", cette plaisanterie vacharde de Sophie Arnould (1740-1802, comédienne et  chanteuse lyrique fameuse aussi pour ses bons mots) à propos du peintre Gabriel Jacques de Saint-Aubin (1724-1780) :
" En voyant dessiner Saint Aubin, M'elle Arnoult me dit : votre frère n'a point de dents, il fait plus de croutes qu'il n'en mange."



Sophie Arnould aux Grands-Augustins, 1772, par Gabriel de Saint-Aubin

Sophie Arnould par Greuze, vers 1773

mardi 29 novembre 2016

Une robe XVIIIe...


“-- (…) Et puis, nous avons pas mal de choses à faire !
-- Vraiment ? Et quelles choses, je vous prie ?
-- La première est de vous acheter des vêtements. Sinon votre jolie robe XVIIIe va s’abîmer et vous allez vite ressembler à un épouvantail !
-- Ma robe XVIIIe ! Quelles curieuses expressions vous avez parfois ! “

Extrait de « La demoiselle de Rosling », Éditions du 38, de Bernard Grandjean.

Portrait de Sarah Eleonor Fermor (vers 1750) par Ivan Vichniakov
(Musée Russe de Saint-Pétersbourg)




mardi 15 novembre 2016

Du chocolat !


« — Du chocolat ! Mais c’est une délicatesse !

— Il vous arrive d’en boire ?

— Parfois, chez mon oncle Maximilian, l’après-midi ! C’est un breuvage raffiné, surtout avec du sucre, de la vanille et de la cannelle, à apprécier entre amis à l’ombre d’un pavillon du parc… »



Extrait de « La demoiselle de Rosling », Éditions du 38, de Bernard Grandjean.

Pastel école française XVIIIe siècle

dimanche 6 novembre 2016

Gentil commentaire

Un nouveau commentaire, du 6 novembre, sur le site Amazon de la Demoiselle de Rosling : 
 
"Une jolie histoire, des personnages attachants, des références historiques, tout ce que j' aime. C'est un bon roman qui se lit trop vite."
 
Merci, lecteur ou lectrice, vous avez très bon goût !
 
 

samedi 5 novembre 2016

Un habit vert pomme...

« Il eut un sursaut en découvrant la couleur de son habit : un vert pomme assez criard. Il se dit pour se rassurer que ce devait être la mode. »
Extrait de « La demoiselle de Rosling », Éditions du 38, de Bernard Grandjean.

Ci-dessous : Venceslao Verlin, une compagnie élégante -1768

samedi 29 octobre 2016

L'Homme-lumière !


«  ... Mais, à la différence de la plupart de ses congénères modernes de par le monde, qui affrontent nu-tête le flot des voitures, le Ampelmann de Berlin-Est était coiffé d’un chapeau. »

Extrait de « La demoiselle de Rosling », Éditions du 38, de Bernard Grandjean.


Photo Bernard Grandjean - Berlin octobre 2016

mardi 18 octobre 2016

Images de Darjeeling

Quelques images de 1983, diverses et contrastées, à l'exemple-même de Darjeeling.

 Souvenir du Raj britannique...

 Ayons l'esprit scientifique !

 Les yaks, dans le petit matin.

Photos Bernard Grandjean 1983 -©Tous droits réservés
Les offrandes sont pour les divinités, mais profitent aussi aux chèvres !

lundi 10 octobre 2016

Promenade au bazar de Kalimpong

D'un saut de puce, traversons la Mongolie et le Tibet pour passer de la République de Touva à Kalimpong (Inde, frontière en les États du West Bengal et du Sikkim).
Nous sommes en 1982 : on y voit des boutiques pauvres tenues par des gens souriants, et on y fait parfois des rencontres insolites, comme cet éléphant joliment décoré qui revient du temple. Admirez le superbe ornement de cette boutique tibétaine, posé sur un misérable toit de tôle...






Photos Bernard Grandjean 1982 - ©Tous droits réservés



samedi 8 octobre 2016

Excursion en République de Touva...

Juste au nord de la Mongolie se trouve la République de Touva, faisant partie de la Fédération de Russie. Elle compte un peu plus plus de 300 000 habitants, les Touvains étant turcophones, auxquels il faut ajouter une proportions de russophones et de gens d'autres ethnies sibériennes. Une bonne partie de la population pratique le bouddhisme tibétain.
Voici, en 1978, l'un des plus charmants citoyens de la République Socialiste Soviétique Autonome de Touva :





Passage obligé de tout déplacement de tourisme en URSS, voici le camp de pionniers, créés en 1922 par les Bolchévique après l'interdiction du scoutisme. Ils étaient 23 millions dans les années 1970 ! Des colonies de vacances à fort contenu idéologique... 



 Ces portraits sont bien sûr ceux de pionniers héroïques, dont l'enfant qui n'avait pas hésité, pendant la Révolution,  à dénoncer son papa réactionnaire aux autorités bolchéviques...

Photos Bernard Grandjean, 1978 ©Tous droits réservés
Une petite folle avec de grands nœuds de rubans dans les cheveux, très à la mode en URSS à époque.



vendredi 30 septembre 2016

La Grande Démone du Tibet

Trouvé sur Facebook, à la page de l'écrivaine et poète tibétaine Tsering Wœser, cette belle image de Srin Mo, la Grande Démone. 
Cet être mythique joue un rôle clé dans l'Histoire du Tibet et la tradition bouddhique. Son corps couvrait toue l'étendue du Tibet et il aura fallu que chacun de ses membres soit "cloué" par un lieu saint pour que cesse la menace qu'elle faisait peser sur le Pays des Neiges et que la Religion du Bouddha puisse se répandre. Quant à son cœur, il sera cloué par le plus saint des temples du Tibet, le "Jokhang" de Lhassa, que fit construire l'épouse népalaise de Songtsen Gampo, Empereur du Tibet.
Je rapporte cette légende dans mon roman "La reine népalaise".


Source : Facebook - Tsering Wœser
 

mardi 27 septembre 2016

Une robe toute simple...


« Mais c’est une robe toute simple, dit-elle en reniflant, comme j’en porte à la campagne ! Que diriez-vous si j’étais habillée d’une robe à paniers, comme à la cour du Prince les dames de la première distinction ?
Extrait de « La demoiselle de Rosling », Éditions du 38, de Bernard Grandjean.



Les « paniers » sont des sous-vêtements très larges sur les côtés et plats devant comme derrière. Ils étaient faits de bois courbés attachés à la taille par un dispositif de rubans. Cette toile de Jean-Marc Nattier en donne un bel exemple, mais cela pouvait être bien plus large !
Le portrait représente Isabelle Marie Louise Antoinette de Bourbon-Parme, princesse de Parme (née en 1741 à Madrid et elle est morte à Vienne en 1763, à l’âge de 21 ans). Il a été peint lors d’un séjour à Versailles de sa mère, Marie-Louise-Elizabeth, fille aînée du roi de France Louis XV. Celle-ci avait épousé Philippe 1er, Duc de Parme.
Isabelle y apparaît âgée d’environ 7 ans. A l’âge de 18 ans, elle épousera le futur Empereur Joseph II.
Isabelle aimait sa belle-sœur, l'archiduchesse Marie-Christine, d’un amour ardent, mais qui semble être resté platonique, Marie-Christine ne le partageant pas. On a conservé de cette liaison 194 lettres passionnées, qui ont été éditées (Isabelle de Bourbon-Parme : "Je meurs d'amour pour toi" -Lettres à l'archiduchesse Marie-Christine 1760-1763, éditées par Elisabeth Badinter, Paris, Tallandier, 2008). 

samedi 24 septembre 2016

Le château a changé de couleur !

« — Je deviens folle ! Tout est différent ! Même le château a changé de couleur ! Seigneur Dieu, soutenez-moi !
— Je le vois pourtant aussi jaune que tout à l’heure ! Même si cette teinte coquille d’œuf me paraît un peu triste, tout comme je trouve la pierre des pilastres bien sombre… »


Extrait de « La demoiselle de Rosling », par Bernard Grandjean, aux Éditions du 38.

Ci-dessous, le château de Sans Souci, à Potsdam. On aperçoit au fond le célèbre moulin, qui resta en place au grand dépit du roi Frédéric II. L'exclamation du meunier, furieux qu'on veuille le chasser, est restée fameuse : "Il y a encore des juges dans ce pays !"


dimanche 18 septembre 2016

Un autre portrait de Marie-Thérèse de France

Marie-Thérèse de France, Madame Royale (1778-1851), pendant l'incarcération de la famille royale aux Tuileries, 1791. Elle a donc 13 ans. Ce pastel sur parchemin, au format 50 x 36 cm, est signé Jean-François de Sompsois. 
Il existe un pendant à ce tableau, représentant son frère Louis XVII. Les deux œuvres, un peu naïves, étaient conservées dans une collection privée avant d'être mis en vente en 2012.

Source inconnue

dimanche 11 septembre 2016

Fausse ruine, vraie amitié...

Dans la série des "folies" XVIIIe, cette fausse ruine de faux théâtre antique, dans le parc de l'Eremitage de Bayreuth. Avec une touchante dédicace de la Margravine Wilhelmine à son amie Albertine von Marwitz, "mieux gravée dans mon cœur que sur la pierre".
Les soirs d'été, on donnait là des opéras et des concerts, dans la fraîcheur des grands arbres. 




Photos Bernard Grandjean

mercredi 7 septembre 2016

Avisant un banc...


« Avisant un banc, elle demanda à s’asseoir.
— La tête me tourne… Où sommes-nous ?
— À quelques pas du bassin de Neptune ! »

Extrait de « La demoiselle de Rosling » (Éditions du 38).

Jardins rococos de l'Eremitage, Bayreuth - Photo B.G.



mardi 6 septembre 2016

samedi 3 septembre 2016

Mon sentier à moi ne s'embarrasse pas de livres !

"- Mon sentier à moi ne s'embarrasse pas de livres ! C'est le sentier de l'Éveil-en-une-seule-vie, celui où ne s'aventurent que ceux qui veulent combattre toutes les illusions !
- Mais pourtant tu as dit une fois que tu avais des livres dans ton gom-khang de la montagne à Ü-gyen Ling !
- Certes !
- Alors?
- Mais je ne les lisais pas !"
 
Extrait de : Bernard Grandjean, "Le Jardin des Mensonges" (disponible à présent en édition numérique).



Photo B.G. - Vallée de Kulu - 1979
 

mercredi 31 août 2016

Que faisait-elle là, seule et comme accablée ?

« Que faisait-elle là, seule et comme accablée ? Pour avoir l’air aussi absente, peut-être était-elle sous le coup d’une émotion forte ? Sortait-elle d’une scène de rupture avec son petit ami ? »

Extrait de : Bernard Grandjean. « La demoiselle de Rosling. »

George Romney - Lady Hamilton en Circe, 1782

mardi 23 août 2016

La page Facebook de La Demoiselle de Rosling

Aux amoureux du XVIIIe siècle, des lieux chargés d'Histoire et des romans à mystères, je signale la création d'une page Facebook dédiée à l'univers de "La demoiselle de Rosling". Ils y trouveront des photos de châteaux et parcs, des dessins et tableaux ou encore des livres qui ont inspiré l'écriture du roman.
L'adresse est la suivante : https://www.facebook.com/demoisellederosling/
Parc de l'"Eremitage", Bayreuth (Bavière - Franconie) - Photo Bernard Grandjean



Chiens lions !

  " Son retour fut salué par des aboiements furieux. Il gratta la tête de Norbou le blanc et de Dölma la fauve, ses deux Lhassa Apso,...