vendredi 30 septembre 2016

La Grande Démone du Tibet

Trouvé sur Facebook, à la page de l'écrivaine et poète tibétaine Tsering Wœser, cette belle image de Srin Mo, la Grande Démone. 
Cet être mythique joue un rôle clé dans l'Histoire du Tibet et la tradition bouddhique. Son corps couvrait toue l'étendue du Tibet et il aura fallu que chacun de ses membres soit "cloué" par un lieu saint pour que cesse la menace qu'elle faisait peser sur le Pays des Neiges et que la Religion du Bouddha puisse se répandre. Quant à son cœur, il sera cloué par le plus saint des temples du Tibet, le "Jokhang" de Lhassa, que fit construire l'épouse népalaise de Songtsen Gampo, Empereur du Tibet.
Je rapporte cette légende dans mon roman "La reine népalaise".


Source : Facebook - Tsering Wœser
 

mardi 27 septembre 2016

Une robe toute simple...


« Mais c’est une robe toute simple, dit-elle en reniflant, comme j’en porte à la campagne ! Que diriez-vous si j’étais habillée d’une robe à paniers, comme à la cour du Prince les dames de la première distinction ?
Extrait de « La demoiselle de Rosling », Éditions du 38, de Bernard Grandjean.



Les « paniers » sont des sous-vêtements très larges sur les côtés et plats devant comme derrière. Ils étaient faits de bois courbés attachés à la taille par un dispositif de rubans. Cette toile de Jean-Marc Nattier en donne un bel exemple, mais cela pouvait être bien plus large !
Le portrait représente Isabelle Marie Louise Antoinette de Bourbon-Parme, princesse de Parme (née en 1741 à Madrid et elle est morte à Vienne en 1763, à l’âge de 21 ans). Il a été peint lors d’un séjour à Versailles de sa mère, Marie-Louise-Elizabeth, fille aînée du roi de France Louis XV. Celle-ci avait épousé Philippe 1er, Duc de Parme.
Isabelle y apparaît âgée d’environ 7 ans. A l’âge de 18 ans, elle épousera le futur Empereur Joseph II.
Isabelle aimait sa belle-sœur, l'archiduchesse Marie-Christine, d’un amour ardent, mais qui semble être resté platonique, Marie-Christine ne le partageant pas. On a conservé de cette liaison 194 lettres passionnées, qui ont été éditées (Isabelle de Bourbon-Parme : "Je meurs d'amour pour toi" -Lettres à l'archiduchesse Marie-Christine 1760-1763, éditées par Elisabeth Badinter, Paris, Tallandier, 2008). 

samedi 24 septembre 2016

Le château a changé de couleur !

« — Je deviens folle ! Tout est différent ! Même le château a changé de couleur ! Seigneur Dieu, soutenez-moi !
— Je le vois pourtant aussi jaune que tout à l’heure ! Même si cette teinte coquille d’œuf me paraît un peu triste, tout comme je trouve la pierre des pilastres bien sombre… »


Extrait de « La demoiselle de Rosling », par Bernard Grandjean, aux Éditions du 38.

Ci-dessous, le château de Sans Souci, à Potsdam. On aperçoit au fond le célèbre moulin, qui resta en place au grand dépit du roi Frédéric II. L'exclamation du meunier, furieux qu'on veuille le chasser, est restée fameuse : "Il y a encore des juges dans ce pays !"


dimanche 18 septembre 2016

Un autre portrait de Marie-Thérèse de France

Marie-Thérèse de France, Madame Royale (1778-1851), pendant l'incarcération de la famille royale aux Tuileries, 1791. Elle a donc 13 ans. Ce pastel sur parchemin, au format 50 x 36 cm, est signé Jean-François de Sompsois. 
Il existe un pendant à ce tableau, représentant son frère Louis XVII. Les deux œuvres, un peu naïves, étaient conservées dans une collection privée avant d'être mis en vente en 2012.

Source inconnue

dimanche 11 septembre 2016

Fausse ruine, vraie amitié...

Dans la série des "folies" XVIIIe, cette fausse ruine de faux théâtre antique, dans le parc de l'Eremitage de Bayreuth. Avec une touchante dédicace de la Margravine Wilhelmine à son amie Albertine von Marwitz, "mieux gravée dans mon cœur que sur la pierre".
Les soirs d'été, on donnait là des opéras et des concerts, dans la fraîcheur des grands arbres. 




Photos Bernard Grandjean

mercredi 7 septembre 2016

Avisant un banc...


« Avisant un banc, elle demanda à s’asseoir.
— La tête me tourne… Où sommes-nous ?
— À quelques pas du bassin de Neptune ! »

Extrait de « La demoiselle de Rosling » (Éditions du 38).

Jardins rococos de l'Eremitage, Bayreuth - Photo B.G.



mardi 6 septembre 2016

samedi 3 septembre 2016

Mon sentier à moi ne s'embarrasse pas de livres !

"- Mon sentier à moi ne s'embarrasse pas de livres ! C'est le sentier de l'Éveil-en-une-seule-vie, celui où ne s'aventurent que ceux qui veulent combattre toutes les illusions !
- Mais pourtant tu as dit une fois que tu avais des livres dans ton gom-khang de la montagne à Ü-gyen Ling !
- Certes !
- Alors?
- Mais je ne les lisais pas !"
 
Extrait de : Bernard Grandjean, "Le Jardin des Mensonges" (disponible à présent en édition numérique).



Photo B.G. - Vallée de Kulu - 1979
 

Curiosités fantastiques !

« — Quand j’étais enfant, j’avais reçu en cadeau un recueil de gravures représentant ce qui était dénommé le cabinet d...